Méfiez-vous d’appels frauduleux imitant MedicAlert.  Détails
CONTACT   1 800 668-1507 CONNEXIONcart 0

Une abonnée de longue date explique comment MedicAlert est encore et toujours à ses côtés lorsqu’elle voyage à l’étranger.


juin 2019 Partagez avec   facebook   twitter

La plupart de nos abonnés n’auront jamais à profiter de la protection de MedicAlert à un endroit autre que dans la collectivité où ils vivent et travaillent.
 
Et si vous deviez voyager ailleurs au Canada ou aux États-Unis, ou encore séjourner outre-mer? Il est très rassurant de savoir que MedicAlert est reconnue à l’échelle internationale et permet de communiquer des renseignements médicaux essentiels lors d’une urgence.

Vous n’avez qu’à demander l’avis de Sonya, qui a eu une réaction allergique presque fatale il y a quelques années, alors qu’elle était en vacances en Amérique du Sud.

La jeune femme séjournait à un centre de villégiature en Colombie en compagnie de ses parents et de son petit ami lorsqu’elle a été prise de maux d’estomac. Elle a consulté un médecin de l’endroit, qui lui a remis une ordonnance.

« Je n’ai pas remarqué qu’il m’avait prescrit de la pénicilline, à laquelle je suis allergique », se rappelle Sonya. « La journée suivante, nous nous sommes rendus à un autre complexe touristique et j’ai été hyper malade pendant tout le trajet. J’avais des éruptions cutanées et une poussée d’urticaire. »

Sonya a consulté un deuxième médecin en arrivant sur place, mais ce dernier ne parlait pas anglais.

« Le médecin m’a alors fait une injection, car je vomissais. Je redoutais qu’il m’ait donné davantage de pénicilline; j’ai donc pointé avec insistance mon identifiant MedicAlert, qu’il a tout de suite reconnu, avant de m’administrer une dose d’épinéphrine pour contrer les effets de l’antibiotique. Je me suis immédiatement sentie mieux. »

La raison pour laquelle le médecin de Sonya a pu répondre aussi rapidement à ses besoins est la même qui rend le service de MedicAlert si précieux lors d’une urgence; chaque identifiant est passé en revue par des professionnels formés en soins de santé et gravé avec des termes médicaux reconnus mondialement.

« Je n’avais même pas besoin de connaître la langue du pays puisque mon identifiant MedicAlert a traduit le nom de mon trouble de santé », ajoute Sonya. « Si je ne l’avais pas porté en Colombie, je serais morte. J’en ai la certitude. »

Sonya est abonnée à MedicAlert depuis 30 ans et elle s’est donné la mission de faire connaître l’organisme aux autres. Elle partage notamment ses expériences par l’entremise de Facebook.

« Il faut sensibiliser les gens de manière à sauver un plus grand nombre de vies. » Sonya, en racontant votre histoire, c’est exactement ce que vous faites! Merci!


Êtes-vous bénéficiaire du programme MedicAlert? Vous aimeriez partager votre histoire? Nous aimerions vous entendre! Partagez votre histoire à medicalert.ca/community.
 
Découvrez d’autres « nouvelles » >> Partagez avec  facebook   twitter